Boutique Biologiquement.comLe thé vert bio : le brûle graisse traditionnel

  Posté par the       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le thé vert bio antioxydant naturel puissant stimule la thermogenèse, accélérant la consommation des graisses, qui sont brûlées pour produire de l’énergie.

Par ailleurs, il inhibe des enzymes digestives, les lipases, dont le rôle est de dégrader les triglycérides, entraînant probablement ainsi une diminution de la digestion des graisses et de leur accumulation dans le foie et les autres régions du corps.
Le thé vert contient de puissants antioxydants, des polyphénols (des catéchines) et des flavonoïdes. Le galate d’épigallocatéchine (EGCG) est le plus puissant d’entre eux. Il est également riche en théophylline, théobromine, caféine, théine et vitamine C.

Le thé vert bio : le brûle graisse traditionnel
Le thé vert bio : le brûle graisse traditionnel

Un usage traditionnel

Le thé vert a été consommé à travers les âges en Inde, en Chine, au Japon et en Thaïlande. Les médecines traditionnelles chinoise et indienne ont utilisé le thé vert comme un stimulant, un diurétique, un astringent et pour améliorer la santé du cœur. D’autres usages traditionnels du thé incluent le traitement des flatulences, la régulation de la température du corps et du sucre sanguin, pour favoriser la digestion et améliorer le processus mental.

Augmenter la thermogenèse

Des chercheurs de l’université de Genève ont démontré que le thé vert a des propriétés thermogéniques et qu’il favorise l’oxydation des graisses. L’extrait de thé vert a provoqué un accroissement de 4% de la dépense d’énergie en 24 heures qui peut être traduite par une augmentation de 35 à 43 % de la thermogenèse quotidienne. Cette étude a porté sur 10 jeunes hommes en bonne santé. Ceux qui ont pris l’extrait de thé vert ont dépensé 266 calories de plus chaque jour que ceux sous placebo. Le thé vert a donc le potentiel d’influer sur le poids 1. Dans le même temps les lésions provoquées par les radicaux libres sur leur cholestérol LDL (un facteur de risque de maladie cardiovasculaire) ont été diminuées de façon notable.
On a cru pendant un certain temps que l’effet thermogénique du thé vert était du à son seul contenu en caféine. Mais ce n’est pas le cas et les chercheurs n’ont pas obtenu cette augmentation de la dépense d’énergie avec une quantité de caféine similaire à celle contenue dans le thé vert. En fait, cet effet est dû aux catéchines et, plus particulièrement à la plus puissante d’entre elles : l’EGCG qui agit de façon synergique avec la caféine. L’EGCG a une puissance antioxydante 100 fois plus importante que celle de la vitamine C et 25 fois plus importante que celle de la vitamine E. Une tasse de thé vert fourni 10 à 20 mg de polyphénols.
Le thé vert, un thé non transformé
Le théier ou camella sinensis, est une plante de la famille des camélias. La variété des thés dépend du sol, du climat et, surtout, de son mode de préparation. Le thé vert ou thé vierge, résulte d’une préparation spécifique. C’est un thé non transformé constitué de feuilles traitées à la vapeur puis séchées. Les feuilles destinées au thé vert sont récoltées jeunes, rapidement séchées et roulées avant que la fermentation ne puisse se déclencher. Ses propriétés nutritives sont supérieures à celles des thés transformés et il est particulièrement riche en polyphénols, de puissants antioxydants.

Le thé vert favorise la perte de graisse

Le thé vert favorise la perte de graisse mais aussi spécifiquement la perte de graisses viscérales qui s’accumulent dans les tissus tapissant la cavité abdominale et entourant les différents organes. Cette accumulation de graisse est fortement associée à une augmentation du risque de syndrome métabolique et de diabète de type II. Des études suggèrent que les catéchines, la caféine et la théanine du thé vert favorisent la perte de graisse en inhibant les lipases gastriques et pancréatiques responsables de la digestion des triglycérides et la synthétase dont la mission est de synthétiser des acides gras dans une forme permettant qu’ils soient stockés dans les cellules adipeuses.

Pour évaluer l’effet des catéchines sur la réduction de la masse grasse et la perte de poids, 35 Japonais ont bu pendant trois mois soit une bouteille de thé oolong fortifié avec un extrait de thé vert contenant 690 mg de catéchines soit une bouteille de thé oolong avec seulement 22 mg de catéchines. Dans le même temps, ils suivaient le même régime alimentaire. La plus forte de dose de catéchines a induit une plus forte perte de poids (3,1 kg versus 1,4) et leur BMI (index de masse grasse), leur taille et la masse grasse totale avaient davantage diminué 2. Ils ont aussi perdu davantage de masse grasse.

Le thé vert diminue la glycémie

Lorsque l’on consomme des glucides complexes (amidons), l’enzyme amylase est nécessaire pour les dégrader en sucres simples capables d’être absorbés par la circulation sanguine. Or, les polyphénols du thé vert contribuent à inhiber l’activité de l’amylase, limitant ainsi l’absorption intestinale des glucides. Ceci se traduit par une diminution de la glycémie et de la réponse insulinique. Une simple tasse de thé suffit à obtenir une réduction de 57 %. Par ailleurs, l’extrait de thé vert (200 à 500 mg de catéchines de thé) réduit l’élévation normale de glucose et d’insuline produite par l’ingestion de 50 g d’amidon.
Les polyphénols du thé vert diminuent également de façon importante l’absorption du sucre par les intestins avant son transfert dans la circulation sanguine. Cela pourrait expliquer l’effet indéniable du thé vert sur la perte de poids.

Le thé vert semblerait améliorer la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline chez des sujets diabétiques. Lorsque l’on a donné du thé vert pendant 12 semaines à des rats diabétiques, leurs niveaux de glucose, d’insuline, de triglycérides et d’acides gras libres sanguins étaient plus bas que ceux d’animaux témoins. La capacité de leurs adipocytes à réagir à l’insuline et à absorber le sucre sanguin a été augmentée.

Le thé vert augmente le destockage des graisses

Dans les cellules musculaires, la capacité à brûler plus de graisse se traduit par une réduction du rythme auquel le glycogène (la forme de stockage des hydrates de carbone) est utilisé et permet d’allonger la durée des exercices physiques. Le thé vert accélère la capacité des cellules musculaires à prendre et à brûler des acides gras, donc à dégrader les graisses. Cela pourrait aussi expliquer en partie que le thé vert aide à perdre du poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *